Powered by Cabanova
HIER 1864 - DELAUGèRE et CLAYETTE - 1925
Une marque méconnue dans le milieu de l'automobile mais un des rares carrossiers hippomobiles à s'être lancé dans l'aventure automobile avec quelques succès en dépassant le stade de la carrosserie avec ses propres moteurs dont des "sans-soupapes" sous licence Mustad-Fisher!
350 ouvriers en 1912 dans une usine de 10 000 m2 sur une emprise de 25 000 m2.
Un constructeur régional...ayant eu une certaine envergure: - équipement de la ville de Toulouse en camions de type LO2; - au service des procédés Thomson de Houston à Sainte Affrique dans l'Aveyron; - obtention d'une médaille d'or à l'exposition franco-britannique à Londres en 1908; - obtention d'une prime du Minisitère de la Guerre pour un de ses camions: -exportation, notamment en Espagne, au profit d'hôtels et de l'industrie minière; -des agents à Sidney et à Buenos-Aires - établissement de correspondances avec l'indochine, l'Amérqiue du Sud, l'Amérique du Nord et l'Afrique du nord.
Delaugère et Clayette Une fabrique orléanaise de voitures et d'automobiles s'étant illustrée de 1864 à 1925 et dont Orléans n'a pas perdu le souvenir grâce notamment à un véhicule de la marque acquis par le Conseil général du Loiret en 1991 sous l'impulsion de son président Kléber MALECOT (voir page "Photos). L'histoire de la société commence en 1864 lorsque Jean-Pierre Delaugère (1810-1868), issu d'une famille originaire de la Bourgogne, s'associe à son fils Henri (1839-1908) pour développer, au sein d'une entreprise dénommée "Delaugère, Père et Fils", une activité de carrosserie ayant débuté dans les années 1840. Installée tout d'abord rue d'Illiers au centre d'Orléans, la société a pour objet la fabrication, l'achat et la vente de voitures et généralement tout ce qui se rattache à la carrosserie.. En 1872, quatre ans après le décès de Jean-Pierre, Henri s'associe à son jeune frère Emile (1849-1917). Puis la société "Delaugère frères", ainsi constituée, se transforme en 1890 en société en nom collectif "Delaugère et Cie" à l'arrivée de Félix (1864-1934), l'aîne des quatres enfants d'henri. A cette époque, la maison Delaugère a acquis une solide réputation dans la région orléanaise pour son sérieux et la qualité de ses réalisations. Ces dernières, très diverses, allaient des petites voitures à bras au fiacre en passant par les breaks, dos à dos, wagonnettes, etc... A la fin des années 1890, les progrès réalisés en matière de motorisation amènent les Delaugère à s'y intéresser de très près. C'est ainsi que sont construits les premiers moteurs de la maison dans un atelier rue des Bons Etats à l'angle de la rue d'Illiers. Et lors de la première exposition automobile à Paris en 1898, comme bon nombre d'autres pionniers de l'industrie automobile, le constructeur orléanais présente un tricycle avec un moteur maison. Après différemment tâtonnements, le véhicule présenté au salon international de 1900 permet à la société Delaugère de remporter une médaille d'argent. Face à l'absence de perspectives d'avenir avec les tricycles et quadricycles, la société Delaugère, sur les conseils du docteur Léon Petit, un ami de la famille, s'oriente vers la production de véhicules plus imposants. Dans ce cadre, la famille Delaugère s'allie en 1903 à Maurice Clayette, ingénieur des Arts et Métiers et dans la foulée les ateliers s'installent dans une usine moderne d'une superficie de 22 000 m2 dont 10 000 en bâtiments au n° 16 du faubourg Madeleine à Orléans. Après 1903, l'année 1906 constitue un deuxième tourant d'importance dans l'évolution de la société. En effet: - la société "E et F Delaugère et M Clayette" se transforme en société en commandite par actions "Delaugère, Clayette, Frères et Cie" à l'arrivée du frère de Maurice Clayette, Henry ingénieur des Arts et Manufacture (suite page suivante)
- Accueil
- Hier
- Hier (suite)
- Aujourd'hui
- Demain
- Activités
- Questions/Réponses
- Communications et liens
- Photos
- Photos (suite)
- Photos(suite3)
- Photos (suite4)
- Bulletin d'adhésion
- Boutique
- Avis aux Panhardistes
Banner COM